l’association Centrale 7

Créée en 2006, l’association Centrale 7 a pour objectif de développer l’art contemporain en milieu rural et de proposer des événements éclectiques autour de l’art et de la création.

 

Un objet

L’organisation de la vie artistique de l’Atelier Centrale 7, situé aux anciennes mines de fer de bois II, à Nyoiseau ; la gestion par l’association du bail de location de l’Atelier Centrale 7 ; promotion de l’expression artistique sous toutes ses formes au niveau local, national et international ; échanges entre les artistes et le public lors de manifestations et événements à vocation artistique et culturelle ainsi que des résidences d’artistes, entretenir la mémoire du lieu, et sa valorisation au sein du patrimoine départemental, régional ou national.

 

Quatre grands objectifs et des actions associées

Soutenir et développer la création et la diffusion artistique, en proposant des ateliers de travail pour les artistes, des espaces ouverts à l’expérimentation et à la création, des expositions temporaires et autres évènements (concerts, performances…), une exposition permanente « C7 boutique » des artistes de Centrale 7.

Sensibiliser les publics, par l’organisation de visites du site, ainsi que d’ateliers, stages et séjours de pratique artistique avec les artistes pour tous publics

Valoriser le patrimoine, en s’inscrivant dans la programmation des journées européennes du patrimoine (visites, expositions, spectacles,…), en s’efforçant de réhabiliter et mettre en valeur une partie des bâtiments du carreau, ainsi qu’en recherchant des solutions et financements pour sa sauvegarde.

Participer à des projets de développement locaux, par la mise en place ou la participation à de multiples projets de territoire, comme Itinérart (parcours d’art en Anjou Bleu), Atlanterra (parcours de sculptures à Noyant-la-Gravoyère), Enfants d’art (parcours d’ouverture culturelle aux enfants du Segréen), etc..  ainsi que de nombreux partenariats avec des structures locales.

 

Un projet à long terme

Développer un pôle de pratiques, de connaissances et de ressources autour de l’art d’aujourd’hui en milieu rural, tout en mettant en lumière le site minier qui l’héberge.

 

 

 

Bref historique

En 2003, ce lieu d’exploitation du minerai de fer, dont les bâtiments étaient inoccupés depuis la fermeture de La Société des Mines de Fer de Segré en 1985, a accueilli le premier atelier d’artiste dans le bâtiment de Centrale 2 : celui du peintre Florent Maussion.

A sa suite, en 2004, s’est installé Jimmix, sculpteur, dans un autre bâtiment, baptisé alors Centrale 7.

En 2006, le collectif de sculpteurs, peintres et plasticiens, ressent le besoin de se structurer pour mener à bien ses projets. L’Association Centrale 7 est officiellement créée en juillet sous leur impulsion, et a ensuite pu se développer grâce à l’implication de nombreux membres actifs, et notamment plusieurs salariées, dont Cécile Pavec.

Au départ destinée à gérer des espaces d’ateliers pour la création, l’association a progressivement étendu ses prestations à destination de ses artistes adhérents : collaboration pour exposer ensemble, communication, partage de ressources, projets communs sur le territoire segréen…

Les échanges avec le public se sont également multipliés au fil des années, avec l’ouverture des ateliers, la mise en place d’expositions (2 à 3 par an), de concerts (3 à 4 par an) et de performances artistiques.

Aujourd’hui, la vocation de diffusion culturelle de l’association est pleinement inscrite dans ses objectifs au même titre que le soutien à la création artistique.

Ainsi, en 2009, pour la première fois, l’association organise un parcours d’art contemporain sur 4 communes du Segréen ; Cette première édition d’Itinerart marque la forte volonté d’échanges autour de l’art sur son territoire d’appartenance.

Les différentes actions de sensibilisation : ateliers et stages de pratique artistique, visites… touchent de plus en plus de personnes chaque année, et l’association travaille dès 2009 avec de nombreuses structures scolaires, socioculturelles, sociales ou d’insertion.

Enfin, un travail de partenariats débuté en 2008, visant à entretenir la mémoire autour de la Mine, notamment au travers d’animations lors des Journées européennes du patrimoine, entend mettre en lumière le carreau minier de Bois II, friche industrielle de Nyoiseau comportant parmi les chevalements les plus grands et les mieux conservés de France.